pvinetbSon père lui avait dit :« Avec un crayon, tu seras le meilleur ».

Devenu architecte de renom, Pierre-Vincent Innocente n’a jamais oublié sa passion pour la couleur et la peinture, découverte aux côtés du peintre Pierre Palué qui venait d’ouvrir les portes de l’École d’Art de Romans.

Pierre-Vincent Innocente a construit sa vie et son œuvre en se partageant entre le dessinateur et l’artiste, entre rigueur et créativité. Un portrait de lui en noir et blanc est tout simplement impossible, tant il personnifie LA couleur. D’ailleurs, il n’y a qu’à regarder les façades des maisons qu’il a dessinées ou dont il a entrepris la rénovation. On les regarde, on les remarque. Oubliée pour un moment l’uniformité des constructions actuelles.

Ses peintures sont le reflet d’un fort caractère qui ne s’arrête pas aux apparences, mais cherche à découvrir l’origine des choses et des êtres. Pierre-Vincent Innocente nous donne alors à voir l’essentiel, dépouillé de tout superflu. Travailleur, exigeant, il aurait aimé avoir le don de soulager la souffrance. Il en a eu un autre, celui de mettre en perspective son humanisme et son art.

Et si la paix qu’il apprécie par-dessus tout est celle où il n’y a pas de vaincu, c’est parce qu’au champ d’honneur il préfère celui du bonheur. De temps à autre, le sang italien qui coule dans ses veines se réveille et parler des grands maîtres italiens le fait s’enthousiasmer. Puis, l’homme tranquille que nous connaissons qui aime l’amitié, la poésie, la philosophie, retrouve sa sérénité habituelle.

Mais dans son œil brille un éclat qui ne trompe pas : Pierre-Vincent Innocente n’a pas fini de nous surprendre, de nous entraîner dans un univers rayonnant de couleurs et de lumière.

Didier Guillaume
Sénateur, Président du Conseil général de la Drôme